olé


olé

olé [ ɔle ] ou ollé [ ɔ(l)le ] interj.
• 1919; esp. ole
1Exclamation espagnole qui sert à encourager. Le public crie olé à chaque passe de la corrida.
2 Adj. inv. Fam. OLÉ OLÉ [ ɔleɔle ]. Qui est libre dans ses manières ou son langage; égrillard, osé (paroles, textes, etc.). Elle est, elles sont un peu olé olé.

⇒OLÉ, interj.
A. —[Exclamation espagnole servant à encourager, en particulier dans des divertissements (danses et chants typiques) et dans les corridas] Quand elle conduisait la voiture sur les routes andalouses, les cavaliers qui venaient à sa rencontre agitaient leur chapeau flamenco en criant: «Olé!» (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1963, p.18).
Emploi subst. masc. Un olé compact monte de la foule (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p.479).
B. Loc. adj. inv., fam. Olé olé. Leste, osé. Des plaisanteries un peu olé olé. Je trouve ta petite amie assez olé olé (COLIN 1971).
Prononc. et Orth.: []. Sous la forme ollé, v. p. ex. Lar. Lang. fr. [(l)e]. MARTINET-WALTER 1973 [-ll-], [-l-] (13/4). Étymol. et Hist. 1. 1926 interj. (MONTHERL., op. cit., p.418); 2. 1959 olé olé! «libre dans ses manières ou son langage» (ROB.). Interj. esp. par laquelle on encourage (vers 1780 ds COR.-PASC.). Fréq. abs. littér.: 12.

olé ou ollé [ɔle] interj.
ÉTYM. 1919; mot espagnol.
1 Exclamation espagnole qui sert à encourager.
1 Plus tard, quand nous aurons jugulé les crises et l'agrypnie, je veux bien que vous preniez quelques potages, puis des purées, mais toujours au lait, au lait. Cela vous plaira, puisque l'Espagne est à la mode, ollé ! ollé ! (Ses élèves connaissaient bien ce calembour qu'il faisait à l'hôpital chaque fois qu'il mettait un cardiaque ou un hépatique au régime lacté).
Proust, À la recherche du temps perdu, t. III, p. 90.
tableau Principales interjections.
2 Adj. invar. Fam. || Ollé ollé ou olé olé : un peu libre dans son langage, ses manières (personnes); léger, égrillard (paroles, textes, etc.). || Ils sont un peu olé olé.
2 Il y a, dans notre misérable pays, une boîte qui est encore ouverte. Si nous allions tous à l'« Aigle Rose » ? le nouvel orchestre est, paraît-il, très bon (…)
L'Aigle Rose ? Mais je me suis laissé dire que c'était une boîte très ollé, ollé ! (…) Je ne sais pas si je peux me permettre en qualité de magistrat (…)
J. Anouilh, Pauvre Bitos, p. 139.
3 (…) de vieilles expressions (…) « ollé-ollé » pour scabreux (…)
Jacques Laurent, les Bêtises, p. 91.

Encyclopédie Universelle. 2012.